Indicateur clé de votre stratégie digitale : Le taux d’engagement sur Facebook

Nous avons souvent parlé sur ces pages des réseaux sociaux, de Facebook en particulier, et des bonnes méthodes pour en faire un outil marketing au service de votre business.

Nous avons souvent répété que le contenu était un élément central de cette stratégie voir même l’élément fondamental de toute approche qualitative du web.

Il est donc temps de vous présenter une solution qui permet de vérifier que votre action sur Facebook est positive ou non.

Les critères objectifs que vous pouvez mesurer sur vos pages sont assez limités : Nombre de fans, évolution de ce nombre, nombre de partages, nombre de commentaires.

Une méthode considérée comme valide consiste à calculer le ratio entre le nombre d’individus uniques ayant eu au minimum une interaction (j’aime, commentaire ou post) avec la page sur une période.

Le JDN qui étudie en continu le web et ses dérivés vient de publier un article dans lequel  l’automobile est le secteur qui génère le plus d’engagement de la part de ses fans. Avec près de 6%, les fans des pages automobiles prouvent que la voiture reste un secteur plus passionnel que d’autres, y compris celui des medias qui pourtant  par définition devrait engendrer d’ébat et échanges.

Vous pourrez voir dans cet article du JDN que volume de fans ne veut pas forcément dire engagement (et donc qualité). Les secteurs du luxe et de la Santé/Beauté, qui attirent un nombre impressionnant de fans sont pauvres en interactions.

En appliquant cette approche aux marques automobiles et aux distributeurs, quelques exemples intéressants :

Mon préféré, Alfa Romeo France et votre collègue, reine absolue des réseaux sociaux Frédérique Barteau de la Roche sur Yon. Même marque, mêmes produits (et il n’en reste pas beaucoup pour fabriquer du contenu), même outil.

Alfa Romeo France : 4,8% d’engagement, soit une note moyenne sans plus. Des contenus qui sont intéressants, mais sans doute depuis trop peu de temps.

Alfa Vendée, la concession de Frédérique Barteau : 23,8% sur la période étudiée; Ce taux peut monter certains mois à 40% ! Une très grande performance. La recette ? Simple, des contenus réguliers, en nombre et surtout en QUALITE. Jetez un oeil sur la page, et analysez le bon mélange du cocktail fabriqué par votre consoeur. Un peu de produit récent, un peu de promotion, un VO par ci par là, un peu de glamour, un zest de fun et de l’histoire de la marque. Et voilà, simple et efficace.

Autre exemple symptomatique de l’influence du contenu sur les interactions générées avec les fans, Renault, une institution.

La page de la marque, avec un peu de contenu « fun » et hélas beaucoup de choses moins intéressantes, même si l’actualité du moment permet de faire rêver sur la F1 plutôt que sur le lancement d’une nouvelle version de Clio : Avec moins de 2% d’engagement, le résultat est faible pour ne pas dire mauvais. Alors que la page Renault Sport, moins « aimée » avec seulement 220.000 fans, génère un engagement de plus de 9%. Preuve s’il en faut que la voiture passion c’est autre chose que la voiture raison, que les vibrations d’un moteur de haute performance attirent plus d’intérêt qu’une voiture silencieuse, fut elle électrique.

Alors, en conclusion que devez vous faire ? Tout d’abord mesurez votre taux d’engagement. S’il est vraiment bas (sous les 2%) regardez dans le détails les contenus que vous ou vos collaborateurs avez postés. Allez voir sur des pages qui fonctionnent bien ( Alfa Vendée) et construisez une ligne éditoriale pour votre page. S’il est moyen (entre 2 et 4%), essayez d’enrichir vos posts de contenus un peu plus variés, identifiez ce qui pourrait manquer (jeux, vidéos, images, …). S’il est bon, continuez mais ne relâchez pas la pression pour rechercher à suivre en permanence les tendances de vos fans.

Et enfin, le plus simple, demandez nous, nos community managers ont l’habitude d’animer des pages et le font plutôt avec talent …

images (1)

Le Top 20 d’Internet en France

L’étude mensuelle de Comscore, du Top 20 de sites les plus visités en France met en lumière quelques tendances intéressantes :

Tout d’abord vous noterez que les « sites  » sont en fait pour beaucoup des additions de chiffres regroupant les trafics de plusieurs outils : Par exemple, Google qui est déjà et de loin le plus gros moteur de recherche en France (part de marché estimée à 90%), est mesuré ici avec tous ses sites et dérivés, c’est à dire la somme de trafic issus du moteur lui même mais aussi de ses filiales ou marques comme GMail, Youtube, Picasa, Google +, Google Maps, Google Earth, Google Analytics, etc. Avec environ 45 millions de VU par mois, Google attire donc en moyenne chaque français connecté sur l’un de ses sites chaque mois  ! Rien que ça.

Malgré tout vous noterez que le 1er site « unique » classé ici est Facebook, que son trafic ne cesse de croître, contrariant ainsi les commentaires sans réels fondements de ceux qui disent que nous avons atteint les limites du réseau social dominant sur la planète. Avec plus de 34 millions de VU (visiteurs uniques) sur un mois,et plus de 6% de croissance entre avril et juin, on peut même s’aventurer à dire que c’est tout le contraire qui se passe.

A noter aussi dans le bas de ce classement la disparition de Dailymotion, le portail de vidéo français, connaissant une baisse régulière de son trafic et qui après un moins12% entre avril et mai est remplacé par M6 dans le Top 20 de Comscore. Le rapprochement avec Orange serait il responsable de cette baisse importante ?

Enfin, tendance intéressante également avec une présence soutenue des groupes de presse (Axel Spinger,Groupe Lagardère, TF1, M6) qui ont trouvé grâce au web la source d’un rebond et même d’une certaine croissance.

 

1 Minute sur Internet !

Il y  a quelques chiffres qui sont plus parlants que de longs discours.

Et c’est définitivement le cas de ceux du web qui font tourner la tête.

Voici donc quelques chiffres chocs de ce qui se passe en une minute dans le monde sur Internet :

Un peu moins de 640 000 Gigabytes de données transférées via des IP,

Plus de 200 millions de mails envoyés (ou 3,33 millions par seconde !),

Plus de 2 millions de requêtes sur Google (333 000 par seconde),

1,3 millions de vidéos vues sur Youtube (216 000 par seconde)

47 000 applications smartphones téléchargées,

100.000 Tweets envoyés,

6 millions de visites sur Facebook,

20 millions de photos vues sur Flickr,

Etc.

Voici d’ailleurs une infographie qui résume les chiffres clés :

infographie-une-minute-sur-internet-digital-dealer

Qui peut donc encore laisser Internet de côté pour sa communication ?

Et corollaire de ces chiffres énormes, comment structurer sa communication en utilisant correctement les différents outils ? Comment répartir ses budgets ? Comment arbitrer entre e-mailing et réseaux sociaux ? Quelle priorité donner à l’un ou l’autre de ces supports potentiels ?

Ce sont des questions auxquelles les responsables marketing des groupes de distribution devraient savoir répondre sans hésitation. C’est aussi une complexité qui requiert de consulter les experts du domaine !

Que se passe-t-il sur Internet en 60 secondes ?

Quelques chiffres (en Anglais) fort intéressants sur la très grande activité du web toutes les minutes !

Quelques chiffres chocs : 13.000 heures de streaming musical sur pandora, plus de 90.000 Tweets, 1.700 téléchargements de Firefox, 600 nouvelles vidéos uploadées, près de 700.000 recherches sur Google (soit 11.600 par secondes !) ou encore plus de 13.000 applications smartphones téléchargées.

Juste au cas où il subsisterait un doute quant à l’extraordinaire potentiel d’Internet et de la mobilité.

1 minute sur le web

estat

OS et accès Web : Quel est le plus utilisé ?

Quel OS (système d’exploitation) est il utilisé pour accéder au web depuis un terminal mobile (smartphones, tablettes et iPod touch) ?

Sur le site ITR mobiles, une petite synthèse des performances des uns et des autres tirée d’une étude Médiamétrie-eStat publiée ce mois-ci sur la répartition entre les grandes OS en France.

Pour accéder à Internet les taux d’utilisation des OS sont les suivants :

iOS, le système d’exploitation mobile d’Apple, représente toujours 69,1% des accès aux sites Internet via ces équipements de consultation internet en mobilité.

Il devance de très loin le système d’exploitation de Google, Android.

Avec 22,5%, ce dernier voit toutefois sa part augmenter de près de 4 points en 5 mois.

La part des terminaux BlackBerry, malgré une légère baisse en début de période estivale, reste stable avec 4% des accès mobiles aux sites du classement CybereStat en août 2011.