logo-google

Google : Tout savoir avec les chiffres

marques_univers_google_digital_dealer

Nous évoquons fréquemment dans ces pages la puissance des grandes compagnies du web : Les fameux  « Big Four », que sont Apple, Facebook, Amazon et bien entendu Google.

Nous nous intéresserons dans ce post aux outils de la firme de Mountain View et l’influence réelle que les métiers qui constituent aujourd’hui cette méga structure peuvent avoir sur le Web.

Afin de vous aider à mieux comprendre Google nous avons donc décidé de faire un peu d’histoire et de vous livrer quelques statistiques intéressantes. Les sources utilisées pour construire ce rapport sont variées : Comscore.com, gs.statcounter.com , expandedramblings.com , Google.com, globalwebindex.net, zdnet.com , Wikipedia, checkfacebook, …). Nous avons vérifié et croisé ces informations qui sont aussi fiables que possible :

Un peu d’histoire Google tout d’abord (on se contentera des plus grands événements) :

  • La date de la création officielle de Google par Larry Page et Sergey Blin est le 27 Septembre 2008.
  • Mais l’enregistrement du nom de domaine Google était intervenu un an auparavant, très exactement le 15 septembre 2007.
  • Le nom de Google vient d’un nombre (très, très grand …), le « Googol », ou 10100, volonté affichée depuis le départ de construire une machine de très grande capacité, quasiment sans limite …
  • Ad Words, le système payant d’achat de mots clés, base de tout le système économique du moteur de recherche, a été créé le 23 Octobre 2000.
  • Le 1 Avril 2004, c’est le lancement par Google de Gmail le service gratuit d’e-mailing.
  • Le 13 Novembre 2006, Google achète Youtube, le leader mondial de la diffusion de vidéo dur le web.
  • Chrome, le navigateur de Google est officiellement mis en service le 2 septembre 2008.
  • Le 22 Octobre 2008, Google et HTC présentent le « Dream », premier téléphone utilisant l’operating system Android.
  • En janvier 2010, le Nexus One, fabriqué par HTC est présenté. Il s’agit là de la version multi suports de l’OS de Google.
  • Google+ est quant à lui lancé (sur invitation) le 28 Juin 2011.

Les chiffres clés de Google :

  • 54.000 collaborateurs dans 44 pays.
  • CA 2012 : 50,18 Milliards de $.
  • 10,74 milliards de $ de résultat net.
  • Capitalisation boursière : Environ 250 Milliards de $ !

Les statistiques du moteur de recherche Google :

  • Recherches mensuelles globales sur Google.com : 13,7 Milliards.
  • Visiteurs uniques globales : 1,17 milliards.
  • Part de marché ordinateurs fixes Google globale : 90% (Avril 2013)
  • Part de marché ordinateurs fixes Google France : 95% (Avril 2013)
  • Part de marché mobile Google globale : 95% (Avril 2013)
  • Part de marché mobile Google France : 97,5% (Avril 2013)
  • Nombre de visiteurs uniques mensuels : 192 millions. Google connait environ 30 trillions de documents sur le web, soit 30 fois plus qu’en 2008. (Pour votre information 1 trillion = 1000 milliards = 1018 = 1000 000 000 000 000 000 = 1 milliard de milliards = 109x109  = 1 million de million de millions =106x106x106  Un trillion est alors égal à un million à la puissance trois, d’où le terme).
  • Google « crawle », c’est à dire analyse environ 20 milliards de pages par jour.
  • Près de 11 milliards de requêtes sont faites chaque mois sur Google (Décembre 2012), soit plus de 366 millions chaque jour, plus de 15 millions par heure, 254 000 par minutes  !

Statistiques Gmail :

  • Nombre d’utilisateurs : 425 millions, et est devenu le premier prestataire mondial du secteur devant Hotmail.

Les chiffres Google+ :

  • Contrairement à tous les autres outils Google, trouver des statistiques sur le réseau social du groupe est presque mission impossible.
  • La raison ? Sans doute le fait que Facebook (et d’autres comme Twitter, LinkedIn, pinterest, Instagram, …) dominent tellement que la comparaison chiffrée ne serait pas favorable à Google.
  • Le nombre déclaré d’utilisateurs est de 343 millions à mettre en perspective des presque 983 millions de profils actifs de Facebook.
  • Cela représenterait d’après ZDNet  26% des internautes pour Google+ et 52% pour Facebook.

 Statistiques Android :

  • Part de marché des navigateurs mobiles : 38,34%, leader mondial. (chiffres Avril 2013, source Stat Counter)
  • En France, Google Android est N° 2 avec 44,72% de part de marché mais se rapproche très vite de la 1ère place occupée par iOS d’Apple (46,76%).
  • Il y a maintenant plus de 900 millions d’appareils en circulation fonctionnant avec Android, soit environ 52% de part de marché globale.
  • 800.000 applications disponibles dans le Android Play Store.
  • Il y a plus de 48 Milliards d‘applications téléchargées.

 Statistiques Youtube :

  • 1 Milliard d’utilisateurs ! Ce qui signifie qu’environ un Internaute sur deux, sur la planète, visite Youtube mensuellement.
  • 4 Milliard de vidéo vues par jour !
  • 6 Milliards d’heure de vidéo vues par mois.
  • 72 Heures de vidéo uploadées toutes les minutes sur Youtube.
  • 397 minutes (6,6 heures) par mois de temps moyen passé sur Youtube.

Les chiffres clés de Google Chrome :

  • Chrome est leader des navigateurs dans le monde avec 39,15% de part de marché et l’est également en France avec 35,42 % en Avril 2013.
  • Au niveau mondial ce chiffre correspond à 750 millions d’utilisateiurs.

En résumé et en conclusion, Google a au travers de l’addition de ses métiers et de ses compétences tissé une toile interconnectée permettant une vie en ligne quasiment intégralement intégrée.

On peut s’en choquer, en avoir peur, ne pas aimer ça, mais il n’est tout simplement pas possible de ne pas reconnaître à ce groupe une vison globale et intelligente qui permet des gains d’efficacité réels. Il n’est donc pas possible de s’en passer. Alors autant savoir ce qui marche le mieux dans les outils Google, avec la meilleure efficacité, et s’en servir pour développer son business auto.

navigateurs-logs

Navigateurs en France : gagnants et perdants 2013.

navigateurs-logs

Nous vous évoquons régulièrement sur ce blog la situation des navigateurs les plus (ou moins) utilisés en france. Cette information peut être utile aux professionnels que vous êtes car les agences que vous sollicitez pour le développement de vos sites doivent intégrer ces paramètres lorsqu’elles construisent vos outils online. Vous trouverez ci-dessous un résumé des informations du JDN qui vient de produire son étude régulière sur ce sujet et communique donc son analyse de la situation du marché : Gagnants Chrome, Safari et Android, perdants, IE et Firefox.

Les résultats détaillés sont les suivants :

1/ Chrome (Google) conforte sa position de leader avec 27% de part de marché soit une progression de 3,5 points sur une année.

2/ IE (Microsoft) reste en seconde position (25%) mais connaît une décroissance de 7,7 points en un an ! L’arrivée de la version IE 10 qui connaît un vrai succès ne semble pas suffisante pour enrayer une chute régulière et impressionante.

3/ Firefox,  3ème navigateur avec 21,7% de part de marché continue également sa descente dans le panorama des navigateurs.

4/ Safari (Apple) occupe la 4ème place avec 17,5% mais est surtout le navigateur qui connaît la plus forte progression avec près de 4 points sur un an.

5/ Enfin, Androïd (Google encore …) continue de grapiller des part de marché aux autres et dépasse maintenant les 5%.

part-de-marche-des-navigateurs-en-france-2013part-de-marche-navigateurs-france-2013

En ce qui concerne IE spécifiquement, la répartition des part de marché entre les versions confirme que IE7 a quasiment disparu (Ouf !) avec à peine plus de 1% du marché total et que IE8 est également en passe de s’éteindre à échéance 12/24 mois (8% de part de marché) remplacé très rapidement par la version IE10 qui connaît un fort engouement de la part des utilisateurs.

internet-explorer-part-de-marche-2013

 

téléchargement (2)

70 Milliards d’applications téléchargées en 2013 !

téléchargement

Les téléchargements d’applications devraient continuer de croître fortement en 2013 : 70 Milliards d’applications seraient atteintes.

Selon les dernières estimations de l’agence Abi Research, les consommateurs continuant d’acheter des smartphones et des tablettes comme des petits pains l’utilisation des applications suivra la même tendance.

Les chiffres prévus donnent le vertige :  56 milliards de téléchargements d’applications sur smartphones et 14 milliards d’applications sur tablettes en 2013, avec Android et iOS comme leaders absolus.

Voici ce que prévoit Abi research en terme de répartition de téléchargement d’applications smartphone en 2013 :

Le vainqueur du monde des Smartphones, Google Android avec  58 % de part de marché suivi de Apple iOS, 33%. Microsoft Windows Phone n’atteindrait un peu moins de 4% et BlackBerry passerait à peine les 3%.

Voici ce que prévoit ABI en terme de performance de téléchargement des applications tablettes pour 2013 : Apple iOs garderait un leadership absolu avec 75% des volumes, Android, 17% (Hors Kindle Fire), Amazon (Kindle Fire) 4% et Microsoft Windows, 2%. Les autres acteurs étant quant eux insignifiants.

L’agence américaine compte sur une accélération de la croissance des applications développées sous Android grâce aux outils dédiés que Google a mis en place pour les développeurs. Malgré tout, la fragmentation du code nécessaire au développement des apps Android représente une difficulté technique qui pourrait affecter les performances de la plateforme.

Le challenge restant pour Google de réussir à déloger Apple de son territoire « tablettes« . Selon les spécialistes de Abi research  le plus gros problème de Google est de garder sa dynamique sur le marché smartphone et de la transférer sur le marché des tablettes, où Apple continue à dominer de manière outrancière.

Dans ce domaine, Abi Research estime que Amazon peut être utile : «Nous sommes d’avis que, dans ce contexte, Google va réellement bénéficier des efforts déployés par Amazon, car la présence de la Kindle Fire exploitée sous Android ajoute un poids important à la fois en termes de volumes de tablettes mais aussi en termes de potentiels de créations de nouvelles applications par les agences de développement ».

De notre point de vue, pour les métiers de la distribution automobile et des outils en ligne nécessaires au service d’une communication utile et profitable, la leçon à tirer de ces chiffres est que la présence sur les supports mobiles, avec des sites adaptés et des applications dédiées est nécessaire. Les Mobinautes ayant une utilisation différenciée des 2 types d’outils.

 

logo_Applink_fod

AppLink de Ford : une révolution dans le monde auto

Ford est il en passe de devenir un acteur majeur des systèmes dits « Opensource » ?

C’est une annonce unique dans le monde automobile, presque une révolution.

Ford vient d’annoncer (selon le magazine américain Wired), que le groupe de Détroit serait prêt à offrir gratuitement son système multi media connecté AppLink à tous ses concurrents qui le souhaiteraient, sans contrainte, ni limite ! Comme Google l’a fait avec Android dans le monde des Smartphones.

Cela permettrait à tous les constructeurs d’accéder rapidement et sans coûts à un véritable système multi media communiquant  embarqué.

L’intérêt ? Il est évident. En ayant une plateforme unique et large, les applications que développeront les acteurs de l’industrie seront en plus grands nombre. Créant ainsi un nouveau « market » d’applications, comme Android ou Apple. La démarche de Ford n’est donc pas entièrement altruiste, mais par contre elle est intelligente.

Les développeurs d’application, dont nous faisons parti, se trouvent effectivement dans une situation complexe au fur et à mesure que les OS se multiplient. Il n’y  pas si longtemps, Apple iOS était la priorité centrale des développeurs, puis Android est arrivé et est devenu également prioritaire, il est donc évident que la multiplication d’OS,  automobiles ou non, tous différents serait une grave erreur.  Plus le nombre d’Operating System est important plus la complexité du développement est grande et donc plus les coûts augmentent et moins de solutions seront offertes. Les succès de l’Appstore ou de l’Andoid market c’est avant tout un chois colossal. Cette nouvelle plateforme, si elle voyait vraiment le jour permettrait à de nombreux constructeurs de faire appel à des développeurs d’applications qui pourraient dès lors travailler sur des potentiels beaucoup plus importants et donc rentables.

La plateforme Ford AppLink est donc la 1ère solution transverse dans une branche qui a déclaré de manière évidente son intérêt pour les technologies de la communication, en particulier celles qui permettront aux automobilistes de pouvoir bénéficier sur le système embarqué de la voiture des mêmes avantages que sur un Smartphone.

 

Le vraie question maintenant est de savoir si ces mêmes constructeurs auront la capacité à partager un système développé par un concurrent alors qu’ils ont déjà investi des ressources importantes pour développer leur propre plateforme ? L’idée qu’un autre contrôle une partie logicielle de leur voiture peut également engendrer quelques réticences.

Selon Wired, l’un des directeurs de GM aurait déclaré :  » Aurons-nous accès à la dernière version de la technologie Sync – Applink, ou aurons nous à attendre que Ford veuille bien là partager avec nous ? »

C’est là certainement une question clé que tous se poseront, mais il y en a d’autres :

Comment AppLink pourra s’intégrer dans d’autres architectures déjà développées ?

Quid des accès aux systèmes de contrôle et de sécurité des véhicules ? Personne ne laissera un autre constructeur pouvoir lire dans ses propres data !

Et également une question essentielle autour de la marque : AppLink appartient à Ford. Mais personne, à part Ford, ne voudra du logo du géant de Detroit sur ses produits.

C’est donc une grande idée, mais le chemin est encore parsemé d’embuches. Au final il faut souhaiter que AppLink trouve son chemin dans les difficultés à venir car ce serait vraiment regrettable pour les consommateurs, si au final on arrivait à une multitude d’architectures et de modèles de plateformes d’applications automobiles, pour quelques raisons secondaires. Ce serait contre productif et stupide !

A suivre donc …

 

iPad_tablette_pc

La Tablette va accélérer la consommation mobile Online.

Je vous parlais récemment d’une révolution du monde de l’informatique avec le leadership nouvellement pris par Apple dans le secteur des PC sur les colosses HP, Lenovo ou Dell.

Le moteur de ce leadership n’est en fait rien d’autre que la conséquence de l’avènement des supports mobiles du type Tablettes PC.

Le succès phénoménal de l’iPad d’Apple ayant convaincu l’ensemble des acteurs du secteur que sans tablette il n’y avait pas d’avenir. Faut il encore ne pas se tromper sur le choix des modèles (comme dans  l’automobile) …

En fait les tablettes sont des ordinateurs portables mais n’ont en fait rien à voir avec ces derniers, ni avec les smartphones non plus d’ailleurs !

D’après le cabinet Gartner (source ITR Mobiles) Il devrait se vendre près de 110 millions de tablettes cette année (contre un peu moins de 70 en 2011) et la tendance à horizon 2015 est de près de 300 millions ! Avec une technologie en hausse et des prix en baisse les tablettes vont devenir des produits courants, accessibles à tous et donc utilisés par tous. Partout ! Pour tout ! Ce que l’horrible acronyme ATAWADAC (Any Time, AnyWhere, Any Device, Any Content) résume fort bien.

D’après les spécialistes, dans les années à venir nous devrions voir se développer 2 types de tablettes avec des usages différents :
. Les tablettes multimédia, dérivées des smartphones et tournant avec des OS mobiles (iOS, Android, Windows). Ces tablettes seront équipées de processeurs peu puissantes, peu consommatrices d’énergie, d’une navigation aisée, facilitant l’accès à des boutiques d’applications en ligne (Appstore, Android market, Windows Marketplace) mais peu adaptées à la création de contenus.
. Les tablettes PC, dérivées des PC portables et exploitant un OS plus complet (Windows 7 par exemple). Elles bénéficient de processeurs plus puissants, d’une mémoire plus importante, consomment plus d’énergie, mais permettent aussi de créer davantage de contenus grâce à différents outils bureautiques. Elles sont donc plus orientées business.

En résumé, que ce soit avec une tablette multimédia ou PC, vos clients de demain auront, en plus du formidable outil que représente le Smartphone, un support permettant une plus grande lisibilité des contenus qui seront eux-mêmes plus qualitatifs.

La capacité à entrer en relation avec vos consommateurs en temps réel 24/24, 7/7, sera donc vitale. L’accès par le client à vos coordonnées, vos stocks, vos offres sera déterminante dans leur choix. S’ils ne vous trouvent pas, si les informations présentes sur vos sites ou applications sont erronées ou incomplètes, si vous ne leur facilitez pas la vie, alors ils iront voir chez ceux qui le font. Et il se peut que ce ne soient même pas des professionnels reconnus comme les Distributeurs ou réparateurs agréés…