utilisateurs_spartphones_jeunes

Vos clients de demain sont déjà à 80% des Mobinautes

mobinautes_jeunes

Les mobinautes de 15 à 24 ans, des jeunes accros au web mobile :

La toute dernière mesure de Médiamétrie devrait renforcer encore ce que nous ne cessons de dire :

  • La croissance de la navigation Internet en mobilité qui conditionne aujourd’hui les plus jeunes consommateurs et conditionnera demain l’ensemble de vos  clients s’inscrit dans l’intensité et la continuité.

En mai 2013, les 15 à 24 ans pratiquent intensivement l’internet mobile.

Selon l’étude Médiamétrie, ils ont réalisé 148 sessions en un mois, soit 4 de plus que la moyenne des mobinautes.

En termes de temps passé, ils sont également devant le reste des utilisateurs d’Internet mobile pour 16 minutes et ils ateignent 3h57 de surf en mobilité. Par contre ils ont visité moins de pages au cours du mois : 662 pages contre 684.

Les hommes (jeunes) de 15-24 ans tirent vers le haut la consommation d’applications avec 159 sessions par mois alors que les jeunes femmes se limitent à 136. Ils visitent également plus de pages sur les sites (761 vs 554) mais y consacrent moins de temps : 3h53 pour les hommes, contre 4h00 pour les femmes.

Sur le 1er trimestre 2013 complet, ce sont près de 80 % des mobinautes de 15 à 24 ans qui se sont connectés à l’internet mobile sur le dernier mois. Par comparaison et pour évaluer correctement le phénomène d’accélération ils étaient moins 50% il y a 3 ans.

Bien évidement le déploiement en masse des smartphones conditionne cette évolution, 79,8% de cette tranche d’âge en étant équipée. C’est au demeurant la tranche de population la plus équipée. La moyenne se situant un peu au delà des 60% des utilisateurs de téléphones mobiles équipés en Smartphones (60,3%).

Pour ces jeunes, le système d’exploitation N°1 est celui de Google : Android. L’accès aux Smartphones Apple / iOS étant souvent plus cher.

Ils sont bien sur très consommateurs d’applications gratuites (budgets contraints) et visitent massivement les réseaux sociaux sur leur terminal mobile.

Ce sont là vos acheteurs de demain matin. Préparez vous vite … Le marketing générationnel n’est plus une option depuis longtemps.

 

ATAWADAC_mobilité_digital_dealer

Site Mobile ou Application ?

article digital dealer auto-net : Site Mobile ou Application

 

Site Mobile ou Application : Evolution dans l’utilisation du mobile oblige, et des usages marketing qui en découlent, la question légitime que peut se poser tout bon distributeur automobile est de savoir quelle solution adopter pour communiquer sur les Smartphones et tablettes de ses clients et prospects.

Il  est devenu évident que les activités réalisées sur un support mobile sont en complète évolution : Réseaux sociaux, recherches sur des moteurs, achats en ligne, gestion des comptes, etc,

Donc  les utilisateurs veulent être capables de tout faire, tout le temps, et ceci de façon sécurisée et identique à leurs habitudes de navigation sur les outils « bureaux ».

Certaines fonctions sont même désormais spécifiques au mobile, c’est principalement le cas de la photo avec un nombre très élevé d’applications dédiées aux supports mobiles.

Quelles sont les raisons principales qui poussent à cette accélération des usages mobiles ?

– Une utilisation en toute occasion (le fameux ATAWADAC, Any Time, Any Where, Any device, Any Content) : chez soi, au travail, dans les transports, dans la queue du cinéma, etc. avec des accès à des quantités de datas très importants.

– Une utilisation qui ne se limite plus aux fonctions de base d’un appareil mobile : on repousse sans cesse les limites de l’utilisation de nos Smartphones ou Tablettes. Hier simple outil de consultation de messages ou d’informations simples, il permet aujourd’hui de voyager (billets ou carte d’embarquement numérisés), de régler ses achats, de prendre des photos ou des vidéos, de scanner, de jouer, de visionner un film ou une émission de télévision, d’écouter la radio,  etc.

Devant cette grande diversité des usages, quelle solution choisir ?

Une application mobile ou un site Mobile ?

Site Mobile ou Application, un peu de technique :

Qu’est ce qu’une application mobile ?

Une application mobile, c’est un logiciel (natif ou à télécharger), conçu pour être installé et utilisable sur un support mobile (Smartphone ou Tablette). Cette application peut être gratuite ou payante, téléchargeable sur une plateforme ou dans une boutique en ligne (App Store d’Apple, Andoid Market de Google, Windows Store de Microsoft, …).

Qu’est-de qu’un site mobile ?

Un site mobile est un site internet classique, développé et optimisé pour l’affichage mobile. Il prend en compte les contraintes de la fenêtre qui l’ouvre (taille et format variable d’un appareil à l’autre, d’une marque à l’autre). Il s’agit donc d’une interface auto-adaptable.

Ces deux solutions présentent bien évidement des avantages et des inconvénients qui diffèrent en fonction des objectifs de communication, des fonctionnalités, des cibles et évidemment, du budget disponible.

De notre point de vue, il n’y a pas de concurrence entre les deux, il sont complémentaires et répondent à des objectifs et des contraintes différents.

Un site mobile sera visitable et visité depuis tout type de terminal, fixe ou portable, sans un surcoût très élevé alors qu’une application prendra tout son sens pour répondre à un besoin spécifique impossible à adresser dans le cadre d’un navigateur internet mobile.

Le besoin d’une application n’excluant pas celui d’un site mobile et vice versa.

Site Mobile ou Application, avantages et inconvénients :

D’un point de vue strictement professionnel automobile, le but principal pour être présent sur mobile est de gagner en visibilité, de faciliter la localisation des sites, d’informer sur les jours et les horaires d’ouverture,  de proposer des offres, de donner accès à des services, de promouvoir vos VO, VN et PR. En résumé communiquer l’ensemble de vos prestations et donner accès à un maximum d’informations.

Un site mobile ne nécessite pas plus de maintenance et d’infogérance qu’un autre site, non mobile. Cela signifiant que les mises à jour sont possibles en permanence et en temps réel.

Le site mobile peut être mis en ligne à tout moment, ce qui n’est pas le cas d’une application. La mise en ligne d’une application étant soumises aux règles des « stores », les contraintes et délais de validation peuvent impacter sur la mise en ligne. De plus, chaque modification sur l’application nécessitera de valider de nouveau l’application.

Un site mobile ne nécessite qu’un seul développement (jusqu’à ce que ce qu’il soit « périmé » esthétiquement ou techniquement) alors que les applications nécessitent des versions spécifiques pour chaque système d’exploitation et dans certains cas (Andoid) des adaptations sur chaque type de machine nouvelle.

Sur un plan marketing, il est plus facile de communiquer et partager une URL de site Internet qu’une application. La propagation du site mobile semble donc facilitée comparée à celle de l’application qui ne bénéficiera pas des mêmes canaux de communication.

Un site, mobile ou non, est référencé par les moteurs de recherche, et son contenu participe au référencement. Une application non.

Alors pourquoi faudrait-il développer son application mobile ?

Tout simplement parce que dans certains cas, seule une application permet d’atteindre certains objectifs :

Tout d’abord une meilleure interactivité . l’expérience associée à une application mobile est plus adaptée car elle offre une interface simplifiée, ergonomique et est de fonctionnement généralement plus rapide qu’un site Internet.

Le couplage d’une application avec certaines fonctions de base des Smartphones est aussi un élément à prendre en compte : Navigation et géolocalisation (cartographie,) photos, carnet d’adresses sont par exemple des composantes fondamentales des Smartphones qui sont potentiellement couplés avec les applications.

L’application est l’outil idéal dans le cas où l’utilisateur aura une interface personnalisable, pour une utilisation spécifique : Données de son véhicule, informations sur son compte client, historique, …

La possibilité d’utiliser les fonctions « Push » des applications est aussi un élément clé du marketing mobile d’aujourd’hui. En complément des SMS, ces messages « Push » vous permettront d’envoyer à vos clients des informations importantes. Attention toutefois à ne pas en abuser afin d’éviter que les –utilisateurs ne désactive cette fonction de votre application.

Et enfin, car les applications peuvent fonctionner dans certain cas en hors ligne, et donc donner accès aux utilsateurs sans connexion data. Ce qui arrive souvent …

En conclusion :

Site mobile et applications ne sont pas antinomiques mais complémentaires. Ils répondent réellement à des objectifs différents.

Dans le cas où l’on souhaite uniquement apporter de l’information à ses clients, il sera plus intéressant de la fournir via un site mobile, facilement accessible depuis les moteurs de recherche Internet.

Dans le cas où vous souhaiteriez accroître l’interactivité entre votre marque et les utilisateurs, ou utiliser des composants spécifiques du Smartphones, l’application répondra mieux à vos besoins.

Il est important de commencer par le début, c’est à dire par être sûr que vous avez le bon site (mobile) et ensuite vous pourrez lancer un outil plus réactif : l’application Smartphone et/ou Tablette.

En savoir plus ? Nous contacter ici.

ATAWADAC Site Mobile ou Application digital dealer

 

téléchargement (2)

70 Milliards d’applications téléchargées en 2013 !

téléchargement

Les téléchargements d’applications devraient continuer de croître fortement en 2013 : 70 Milliards d’applications seraient atteintes.

Selon les dernières estimations de l’agence Abi Research, les consommateurs continuant d’acheter des smartphones et des tablettes comme des petits pains l’utilisation des applications suivra la même tendance.

Les chiffres prévus donnent le vertige :  56 milliards de téléchargements d’applications sur smartphones et 14 milliards d’applications sur tablettes en 2013, avec Android et iOS comme leaders absolus.

Voici ce que prévoit Abi research en terme de répartition de téléchargement d’applications smartphone en 2013 :

Le vainqueur du monde des Smartphones, Google Android avec  58 % de part de marché suivi de Apple iOS, 33%. Microsoft Windows Phone n’atteindrait un peu moins de 4% et BlackBerry passerait à peine les 3%.

Voici ce que prévoit ABI en terme de performance de téléchargement des applications tablettes pour 2013 : Apple iOs garderait un leadership absolu avec 75% des volumes, Android, 17% (Hors Kindle Fire), Amazon (Kindle Fire) 4% et Microsoft Windows, 2%. Les autres acteurs étant quant eux insignifiants.

L’agence américaine compte sur une accélération de la croissance des applications développées sous Android grâce aux outils dédiés que Google a mis en place pour les développeurs. Malgré tout, la fragmentation du code nécessaire au développement des apps Android représente une difficulté technique qui pourrait affecter les performances de la plateforme.

Le challenge restant pour Google de réussir à déloger Apple de son territoire « tablettes« . Selon les spécialistes de Abi research  le plus gros problème de Google est de garder sa dynamique sur le marché smartphone et de la transférer sur le marché des tablettes, où Apple continue à dominer de manière outrancière.

Dans ce domaine, Abi Research estime que Amazon peut être utile : «Nous sommes d’avis que, dans ce contexte, Google va réellement bénéficier des efforts déployés par Amazon, car la présence de la Kindle Fire exploitée sous Android ajoute un poids important à la fois en termes de volumes de tablettes mais aussi en termes de potentiels de créations de nouvelles applications par les agences de développement ».

De notre point de vue, pour les métiers de la distribution automobile et des outils en ligne nécessaires au service d’une communication utile et profitable, la leçon à tirer de ces chiffres est que la présence sur les supports mobiles, avec des sites adaptés et des applications dédiées est nécessaire. Les Mobinautes ayant une utilisation différenciée des 2 types d’outils.

 

france_2012_hausse_mobinautes_et_videos

Internet Mobile et vidéo : Toujours plus !

croissance_internet_mobile_france_2012

En 2012, selon la toute dernière étude Médiamétrie, le nombre de mobinautes (utilisateurs d’Internet à partir d’un support mobile) à atteint le chiffre de 23,6M soit une hausse de 24% par rapport à 2011.

Ce chiffre confirme une tendance lourde du Web actuel, le mobile est une composante essentielle des usages. En France 3 foyers sur 4 possèdent un ordinateur, 1 Français sur 2 un smartphone, et 14% des foyers une tablette tactile.

Une infographie récente le mettait d’ailleurs en évidence, à côté d’autres éléments essentiels, tous ou presque liés aux fameux acronyme : SoLoMo (Social, Local, Mobile)

La_revolution_digitale_France_infographie

La richesse des événements politiques où sportifs en 2012 a sans aucun doute poussé l’audience des sites d’actualités et des réseaux sociaux, qui, au même titre que la vidéo en ligne, continuent leur progression.

En France, on compte 30 millions d’inscrits sur les sites communautaires, ce qui représente 80% de la population du web. Avec une répartition différente selon les supports mobiles : 75% des mobinautes et  90% des utilisateurs de tablettes utilisent des applications communautaires.

La vidéo s’envole : Selon Médiamétrie,en un an, entre juillet 2011 et juillet 2012, le nombre de vidéonautes a augmenté de 17% et le temps consacré à cette activité de 28%. Si les Français sont nombreux à suivre l’actualité sur Internet et sur tous ses écrans, Internet créé aussi parfois à lui seul l’événement notamment grâce à la diffusion de vidéos.
En décembre 2012, on compte 33,7 millions de vidéonautes ; ils ont regardé en moyenne 91 vidéos et y ont consacré presque 5 heures. Les internautes âgés de 15 à 24 ans en sont les plus gros consommateurs : ils regardent 170 vidéos par mois (87% de plus que l’ensemble des vidéonautes) et y consacrent 9 heures et 10 minutes, soit près de 2 fois plus que la moyenne.

Alors si vous n’avez pas encore les outils web, fixes et mobiles, adaptés à vos métiers de l’automobile, dépêchez vous, il ne s’agira plus bientôt de simplement être présents sur le Web il s’agira d’exister dans votre environnement professionnel tout simplement, face à une multitude d’acteurs qui eux ont anticipé ces tendances !

bilan-internet-2012

Internet et l’Automobile : Bilan 2012

Bilan 2012 Internet et l’Automobile :

En début d’année dernière nous vous donnions sur ce blog les grandes tendances à prévoir sur Internet en 2012. Vision Internet 2012 Digital Dealer .

Nous faisons donc ici le point. Vous pourrez y constater que notre lecture était plutôt juste :

1/ L’année 2012 a confirmé le développement des tribus grâce à une croissance continue de l’utilisation des réseaux sociaux.

Internet et l'Automobile : les réseaux sociaux

Sur le réseau dominant, Facebook, la France est le 9ème pays au monde le plus utilisateur : Avec près de 40% de la population totale et 51% des français connectés au web, le nombre total de profils est de près de 26 millions fin 2012 avec un gain de 3 millions sur l’année, soit 13 % de croissance, alors que fin 2012, certains annonçaient le début du déclin de Facebook. Des visionnaires ! Pour information, au niveau mondial, le seuil du milliard de profils uniques sera dépassé ce mois ci. Nous sommes, à la date où j’écris cet article, à 983.599.020 utilisateurs actifs !

Dans le monde de l’auto, l’accroissement de l’usage des réseaux sociaux dans le processus de recherche d’information ou même comme outil de communication s’est encore accru. Le mondial de l’auto par exemple a servi de mise en évidence du facteur,  et Mercedes avec son opération Twitter / Class A a démontré que l’on pouvait réaliser de grandes campagnes de communication en y intégrant les outils modernes : Campagne Class A #Youdrive

Enfin, pour conclure sur ce sujet, le très sérieux cabinet Mc Kinsey a lui même mis en évidence l’amélioration des rendements productifs des collaborateurs grâce à ces réseaux sociaux dans cette analyse pertinente.

2/ L’image est devenue un élément clé de la communication, y compris dans votre métier. La multitude des vidéos de constructeurs où même de distributeurs confirment cette tendance lourde.

Internet et l'Automobile : les images plus présentes

Une étude Comscore met en évidence un chiffre qui parle seul : Avril 2011, 39 millions de français avaient vu au moins une vidéo sur le web dans les 30 derniers jours. En avril 2012, ce chiffre passe à 40 millions ! Si vous considérez que dans notre pays on compte un peu plus de 40 millions d’internautes, cela signifie que le taux d’utilisateurs du web qui visionnent au moins une vidéo par mois est de l’ordre de 98 ou 99% ! Savoir utiliser le goût des consommateurs pour les images est devenu un élément essentiel d’une stratégie.

Il est intéressant aussi de noter la progression des images animées de VO mises en ligne et ayant poussé le référencement naturel de ces annonces et des sites qui les mettent en ligne.

3/ Marketing agile et réponses immédiates se sont imposés.

Dans un marché tendu (pour ne pas dire plus), où la capacité de réaction est essentielle pour être en mesure de répondre quasi instantanément aux évolutions rapides de la demande (et des offres de la concurrence), seul un marketing réactif peut fonctionner. Pour cela les outils classiques, qui se planifient des semaines, voir des mois en avance (TV, Affichage par exemple) ne sont plus adaptés, le web par contre qui permet des modifications quasi instantanées présente tous les avantages requis pour être flexibles.

Les marques automobiles sont elles même en train d’apprendre la souplesse et la réactivité afin de répondre aux incessantes mutations de leur écosystème.

L’instantanéité des connexions, des demandes, des réponses en ligne sont autant d’éléments qui conditionnent de plus en plus les attentes des consommateurs. Ignorer cet élément, c’est prendre le risque de rater sa stratégie de communication.

Ne pas disposer d’outils de prise de contact en ligne, 24/24, 7/7, c’est également se déconnecter des attentes de ses clients qui trouvent dans l’ensemble des solutions Internet les réponses à leurs demandes en direct : prises de RV, réservations, informations, etc. La capacité à leur offrir un service équivalent à ce qu’ils peuvent trouver en dehors du monde des concessions automobiles est donc essentiel.

4/ Tout se mesure sur le Web !

Internet et l'Automobile : tout se mesure

Cela fait longtemps que nous disons qu’un atout essentiel du web c’est sa capacité à être évalué et mesuré en permanence, donc corrigé si nécessaire. Ce qu’aucun autre media ne peut offrir. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous pensons que l’intégration au minimum à 25% des outils en ligne dans votre stratégie est un minimum aujourd’hui. C’est à la fois bon marché, rentable et réactif car mesurable.

Nous avions expliqué plus tôt dans l’année que même les outils réseaux sociaux disposent de leurs propres outils d’évaluation et donc offrent des gages de sécurité au delà de tout autre media traditionnel. De nombreux constructeurs et quelques concessionnaires ont bien intégré cet élément et ont clairement décidé d’investir un media offrant cette capacité unique.

5/ On attire pas des mouches avec du vinaigre ! Le contenu est roi !

Là encore, c’est un sujet que nous avons largement commenté tout au long de l’année et une évidence également.

Cela devrait être votre leitmotiv en ce qui concerne la construction des contenus de vos sites car il s’agit tout simplement du critère clé d’un bon référencement aujourd’hui.

Etre capable d’intégrer des contenus régulièrement, des actualités sur la vie de vos marques, de vos entreprises, c’est s’assurer d’avoir un site que les moteurs de recherche considéreront comme plus important car plus vivant. Et vos clients auront eux aussi l’impression de visiter un lieu virtuel en perpétuelle évolution donc qui donne envie d’être visité.

Appliqué à votre concession du monde « réel », cela pourrait s’illustrer en vous demandant si votre show room est toujours aménagé de la même façon, si les catalogues sur les présentoirs sont toujours les mêmes, si la décoration ou l’animation de vos parcs et vitrines sont inchangés ? La réponse est non bien sûr, mais alors pourquoi ne pas appliquer la même règle à vos outils en ligne ?

6/ 2012 l’année du Smartphone !

Internet et l'Automobile : l'usage des smartphones

2012 restera comme l’année où il se sera vendu plus de Smartphones que de téléphones mobiles sans connexion au web. Et donc le point d’inflexion d’une évolution lourde chez les consommateurs.

Les mobinautes sont en phase de devenir un groupe dominant avec lequel toute opération marketing devra compter. Là encore de nombreuses études sont venues tout au long de l’année confirmer cette tendance lourde.

La croissance rapide des Tablettes et de leur usage va encore accélérer cette connectivité mobile. En France, plus d’un possesseur de Smartphone sur 10 possède aussi une tablette. Et l’usage de ces dernières complète celui des Smartphones.

7/ Les e-shoppers prennent le pouvoir. Le Online In Store devient une réalité.

Internet et l'Automobile : les e-shoppers

Le commerce Internet a évolué rapidement ces derniers temps comme le présentait cet article.

Mais le phénomène peut être le plus intéressant c’est la croissance ininterrompue de l’usage du Smartphone sur le lieu de vente : Les e-shoppers sont de plus en plus nombreux à utiliser leur mobile chez les commerçants.

Près de la moitié des utilisateurs de Smartphones disent  l’utiliser lorsqu’ils se trouvent dans un magasin.

Pour quoi faire ?

Pour 22% des mobinautes il s’agit de prendre une photo d’un produit pour pouvoir en parler a posteriori ou comparer les caractéristiques ou les prix.

Pour 15% afin de joindre un parent ou un ami pour demander conseil.

Pour 14 % de partager directement les images prises afin d’informer sur une intention d’achat.

Enfin, environ 1 client sur 15 utilise son Smartphone pour vérifier des données, informations, disponibilité et prix, sur place, même si le vendeur est en face d’eux !

Et dans le même temps certains distributeurs interdisent l’accès au web à leurs vendeurs ! Est-ce bien raisonnable de donner plus de pouvoir et de moyens de négociation à ses clients qu’à ses propres équipes ?

8/ La naissance d’un nouveau groupe : les Socionautes !

Une étude récente de Nielsen annonce une évolution forte, la naissance d’un nouveau « socio-type », conséquence de la combinaison des 2 phénomènes Réseaux sociaux et mobilité  : Les Socionautes !

En effet les Smartphones et les tablettes s’imposent petit à petit comme premier outil de connexion aux réseaux sociaux. Les utilisateurs de médias sociaux sont de plus en plus mobiles et actifs en mobilité. L’ordinateur reste l’élément central de la gestion de sa vie numérique sociale, mais les socionautes tirent de plus en plus parti de périphériques connexes pour accéder aux services des médias sociaux.

Et la multiplication des outils mobiles, dont en particulier ceux permettant de partager ses photos ou vidéos en quasi live (Instagram par exemple) favorisent cette convergence.

9/ Catégories de clients différentes implique un marketing différencié.

2012 aura confirmé l’absolue nécessité de s’adresser à ses différentes cibles en utilisant un arsenal de moyens permettant de parler à chaque groupe, à chaque catégorie avec les outils adaptés. Le marketing générationnel s’impose donc dans les stratégies.

A l’heure où l’entreprise se doit d’être orientée vers son client et de différencier son offre, le marketing ne peut plus se permettre de s’adresser au tout public ou, pire, à la caricaturale ménagère de moins de 50 ans. Il doit identifier des segments particuliers et proposer des actions ciblées. Fini le mass marketing coûtant très cher et rapportant de manière hypothétique.

Et les critères de tris basés sur l’âge réel ne sont plus les références absolues. Relisez si vous le souhaitez cet article que nous avions fait paraître en milieu d’année 2012, il vous permettra peut être d’intégrer dans vos réflexions stratégiques ou tactiques des éléments clés de ce marketing modernes.

10/ Le SAV bascule sur le Online

Internet et l'Automobile : le SAV

Le phénomène le plus important des grands développements 2012, est à nos yeux la croissance très rapide des usages de consommation après-vente sur la toile.

2012 aura été une année de baisse de l’activité après-vente, cette tendance devant se prolonger car elle est à la fois conjoncturelle (crise économique, coût des carburants) et structurelle (parc roulant stagnant, élargissement des intervalles d’entretien,…).

Certains experts prévoyant une baisse de 20% d’ici à 2015 ! Le marché de l’après-vente va donc devenir de plus en plus concurrentiel pour les professionnels. Cela va déboucher sur une mise en concurrence par les consommateurs des garages avant de faire effectuer leur entretien ou leurs réparations.

Il se passe donc un phénomène simple : Nécessité de créer des offres compétitives (forfaits, promos, …) et obligation de faciliter l’accès à ces offres. Et le web est unique pour diffuser vos offres.

D’ailleurs depuis le début de l’année les opérations agressives et intelligentes des acteurs du secteur se sont multipliées : Les trois grandes opérations de Speedy sur Venteprivée.com, celle d’Euromaster sur le même portail promotionnel ou encore l’arrivée de nouveaux acteurs ou le redéploiement de nouveaux outils online (Axxauto, Caroclic par exemple) et le développement de nouvelles stratégies web comme celle du groupe AD.

Alors nous sommes aussi fiers chez Digital Dealer d’avoir accompagné cette évolution en créant un produit simple mais efficace de prise de RV en ligne, Agenda Auto Starter, permettant aux réparateurs agréés ou aux ateliers en général de pouvoir offrir à leurs clients la possibilité de prendre RV avec le SAV pour des opérations simples, en ligne, 7/7, 24/24. Et nous sommes également très heureux d’avoir reçu pour cette solution le prix du Service de l’Année, catégorie aide au SAV, attribué par un jury de professionnels réuni par le magazine Auto Infos.